Archives de catégorie : Système immunitaire

Cure détox à la sève de bouleau

La sève de bouleau, usage et prélèvement, nous a été présentée par Catherine Le Tacon (voir ici).

Voir d’abord une présentation de l’arbre ici.

Sève de bouleau : eau de jouvence pour votre organisme

Le bouleau fait partie de la famille des Bétulacées, le bouleau blanc (betula alba, le plus commun en France) est un arbre qui cherche la lumière et qui est considéré depuis des millénaires pour ses nombreuses vertus sur le plan thérapeutique et aussi pour son bois et ses feuilles.

La croissance du bouleau est rapide, ils ne vivent pas plus d’une centaine d’années, c’est l’arbre de la jeunesse, alors que le sapin peut atteindre 700 ans…

Composition de la sève de bouleau

La sève de bouleau est un liquide légèrement sucré (0,5 à 2 % de sucre) qui renferme 2 hétérosides : le Bétuloside et le Monotropitoside qui libère par hydrolyse enzymatique du salicylate de méthyle, analgésique, anti-inflammatoire et diurétique.

La sève de bouleau renferme également du mucilage et des sels minéraux.

17 acides aminés libres ont été observés dans la sève, parmi lesquels figure l’acide glutamique qui va nourrir entre autres nos entérocytes et aider à la reconstruction de la muqueuse intestinale.

La composition en oligo-éléments dépend de la nature géologique du sous-sol. Il est donc intéressant de récolter la sève sur des terrains riches en minéraux.

La cure de sève de bouleau

La sève de bouleau est utilisée pour ses propriétés drainantes et diurétiques notamment pour éliminer les déchets organiques comme l’acide urique et le cholestérol. C’est un excellent draineur de l’organisme en cure de printemps. Elle est aussi vermifuge et anti-oxydante, et efficace dans les maladies de peau. Elle favorise l’amincissement (lorsque le corps en a besoin).

Elle a une action anti-inflammatoire et anti-douleurs.

Récolte de la sève de bouleau

Epoque : dès les premiers jours de mars. Choisir un arbre de bonne taille.

Matériel nécessaire :

  • un récipient alimentaire fermé dans lequel on peut passer un ou plusieurs petits tuyaux de diamètre 6 mm
  • un tuyau alimentaire de 6 mm extérieur, que l’on incise en « v » dans l’axe, sur l’extrémité qui pénètrera dans l’arbre. Longueur de l’ordre de 1 m.

Installation :

A environ 1 m du sol, percez dans le tronc de l’arbre un trou de diamètre 6 mm, profond de 4 à 5 cm, pas plus.

Enfoncez l’extrémité taillée en biseau – biseau vers le bas afin que la sève « monte » dans le tuyau – de votre tuyau dans l’arbre et l’autre extrémité dans le bouchon de votre récipient. Attendez que la sève coule. Il est possible de récolter plusieurs litres par jour, il faudra faire une à deux tournées chaque jour pour récolter la sève, qu’il faut éviter de laisser chauffer au soleil. Au bout de quelques jours de récolte, vous pouvez changer d’arbre pour ne pas trop le fatiguer.

Stockez la sève immédiatement au frigo, car elle fermente au bout de quelques jours. On peut y ajouter quelques gouttes d’essence de citron ou quelques clous de girofle pour améliorer sa conservation. Il est possible de la congeler, de la conserver en bouteilles cachetées (on finit de remplir la bouteille avec un peu d’huile pour éviter le contact avec l’air).

A la fin de la récolte, on rebouche le trou avec une petite cheville en bois.

La cure

La sève se boit en cure de 15 à 21 jours à raison de 3 verres par jour. Commencer par un verre le premier jour, deux le second, le matin à jeun et avant les repas. Pour renforcer l’action drainante de la sève de bouleau et diversifier son action, on peut ajouter :

  • du macérât glycériné de bourgeons de cassis : action tonique revitalisante pour son action sur les glandes surrénales, action antalgique sur les douleurs articulaires, amélioration de la souplesse des articulations, soulagement des manifestations allergiques.
  • du macérât glycériné de bourgeons de bouleau : renforcement de l’élimination des déchets organiques et reminéralisation.
Les grands principes de la détox

Eliminer l’alcool, le tabac, le café et le thé noir, le sucre blanc, les plats préparés et les conserves, le lait et les laitages (surtout de vaches), les margarines, le Nutella, les protéines animales, le pain blanc et les viennoiseries.

Privilégier les légumes et fruits de saison (agriculture raisonnée ou biologique), des huiles biologiques de 1ère pression à froid (2 cuillères à soupe d’huile de colza plus une cuillère à soupe d’huile d’olive par jour), les céréales semi-complètes ou complètes biologiques tous les jours. Si vous ne pouvez vous passer de protéines animales, choisissez des poissons gras riches en oméga 3. Si vous mangez du pain, prenez-le complet, biologique et au levain. Si vous ajoutez du sucre, prenez au moins du sucre blond biologique.

Et faites du sport chaque jour, une heure idéalement…

Mélange 9-5-1

Informations recueillies auprès de Catherine Le Tacon (voir ici), dans le cadre d’une activation de notre système immunitaire (voir ).

Il s’agit des proportions du mélange d’épices suivant :

  • 9 volumes de curcuma en poudre
  • 5 volumes de gingembre en poudre
  • 1 volume de poivre noir finement moulu et tamisé

Pourquoi un tel mélange ? Pour l’optimisation des effets bénéfiques du curcuma, car le curcuma seul n’est que peu absorbé par le système digestif. Il doit être associé à du gingembre et du poivre, ainsi qu’à un corps gras, car les composants actifs du curcuma (curcuminoïdes) sont liposolubles.

Achetez le curcuma et le gingembre en vrac en magasin de produits biologiques, ainsi que du poivre de bonne qualité que vous moudrez finement dans votre moulin à café et tamiserez dans une fine passoire. Mélangez les 3 ingrédients dans un bocal qui permette de brasser efficacement, et énergiquement puis transvasez dans des petits récipients à épices.

A noter :

  • Pour avoir un effet notable sur une inflammation significative, il faudra consommer plusieurs grammes de ce mélange par jour, entre 5 et 10 grammes, divisé en 4 ou 5 prises.
  • Ce mélange a un effet fluidifiant sur le sang, si vous prenez des anticoagulants ou si vous vous apprêtez à subir une intervention chirurgicale, ne prenez pas ce mélange.
  • Ce mélange n’est pas fait pour vous si vous avez des inflammations digestives. Ou alors il faudra diminuer ou éliminer le poivre, et diminuer la quantité de gingembre. Le poivre peut aggraver les choses. Evitez si vous avez des problèmes d’hémorroïdes. Evitez si vous avez actuellement une infection entérique.
  • Ce mélange tache. Si vous ne voulez pas teindre votre nouveau chemisier blanc en orange, n’oubliez pas le tablier.

Ce mélange crée-t-il les problèmes de porosité intestinale ? 

On parle beaucoup de porosité ou hyperperméabilité intestinale de nos jours. L’alimentation moderne a en effet tendance à créer une inflammation constante de la muqueuse du grêle qui laisserait passer des molécules non-digérées, et ceci créerait une inflammation constante et des perturbations de l’immunité.

Pas de doute, le poivre va créer une hyperperméabilité, mais temporaire, c’est comme cela qu’il permet une meilleure pénétration du curcuma ! De même pour certaines autres épices tant vantées pour leurs propriétés. Rien de chronique ni d’inquiétant. Le poivre a été utilisé pendant des millénaires dans les différentes traditions du monde (médecine ayurvédique en particulier) afin d’améliorer l’efficacité digestive, la fonction gastrique en particulier. De plus, le curcuma calme l’inflammation par contact et fait partie du mélange.

Recette du « Chai 9-5-1 »

Le chai 9-5-1 vous permettra de prendre le mélange en évitant de vous lasser trop rapidement du goût.

Versez 200 ml à 250 ml de lait d’amande dans une casserole. Rajoutez-y 1 à 2 bonnes cuillères à soupe de crème de coco pour les lipides (lait de coco concentré que vous trouvez facilement dans le commerce). Dosez bien afin de ne pas vous écoeurer non plus.

Placez une ou deux cuillères à soupe bombées du mélange 9-5-1. Rajoutez un peu de miel ou de sirop d’érable. Faites chauffer jusqu’à ce que le mélange soit bien homogène.

Voir les articles dérivés de ce mélange :

  • l’infusion du matin :
  • le lait d’or : ici

Renforcer son immunité avec l’échinacée

Voici quelques informations utiles communiquées par Catherine Le Tacon (voir ici), sur les vertus et l’usage de cette plante qui pousse facilement dans nos contrées.

Image extraite du site https://plantis.info/fr/echinacea-purpurea/

Cet article s’inscrit dans le prolongement de la page consacrée au thème : rebooster son système immunitaire, ici. Continuer la lecture de Renforcer son immunité avec l’échinacée

Nettoyage du foie

Suite au témoignage réellement étonnant d’une collègue, je me suis procuré ces 2 livres d’Andreas Moritz (hélas décédé) sur l’impact des calculs biliaires : ces livres sont tout à fait passionnants et instructifs ! Je savais le système immunitaire essentiellement basé sur le système digestif, maintenant j’ai compris que le foie est au centre du système digestif… C’est donc un organe dont il faut prendre le plus grand soin. Continuer la lecture de Nettoyage du foie