L’eau de Quinton

L’eau de Quinton, du nom d’un professeur du XXème siècle, n’est ni plus ni moins que de l’eau de mer filtrée.

s5_03645

Elle constitue un puissant complément alimentaire, qui apporte, sous forme bio-assimilable grâce au phytoplancton préservé malgré le filtrage, l’ensemble des minéraux et oligoéléments, dans presque les mêmes proportions que notre plasma, à un coefficient de dilution près pour la ramener à l’isotonie, c’est-à-dire sous une forme compatible avec notre plasma.

En premier, la vidéo qui m’a convaincu de la grande pertinence de cette eau.

Il est intéressant de savoir que le sérum de Quinton figurait dans le Vidal de 1975 (voir ici).

On trouve plein de références sur la Toile !…

Du coup j’en ai commandé ici (pub non payée !). Par paquets de 6 l, c’est un peu cher, même si ensuite on la dilue (1 vol d’eau de mer et 2 vol d’eau plate), pour la ramener à l’isotonie.

En attendant, on peut en acheter en magasins bio, sous forme d’ampoules… histoire d’essayer… Prenez les ampoules « hypertoniques » (non diluées) plutôt que les « isotoniques », elles coûtent le même prix (pas loin de 50 €/l) mais, grâce à la dilution que vous ferez vous-même en rajoutant 2 volumes d’eau de source, les hypertoniques vous en donneront 3 fois plus !…

Il faut éviter les sérum stérilisés (seuls autorisés de production en France) car le phytoplancton y est détruit.

Puis j’ai cherché si des fois on pourrait pas l’extraire par nous-mêmes et j’ai trouvé cette interview du Pr Espagnol Trino Soriano (voir biographie ici) et là j’ai eu les réponses que j’attendais et ai donc entrepris d’en prélever, par grande marée, mer montante le matin, j’effectue cela sur un des points les plus Nord du Trégor, sur la commune de Plougrescant, la pointe du Château.

Où prélever de l'eau de mer dans le Trégor...
Où prélever de l’eau de mer dans le Trégor…

Vous pourrez parfaitement trouver un point équivalent par chez vous… si vous avez la chance d’habiter pas loin de la mer ! Je la prélève dans de grands fûts alimentaires (voir ici).

Pour plus de sécurité, j’ai cherché comment effectuer une filtration comme le fait l’entreprise CSBS où je l’achetais, et ai trouvé cette pompe-filtre céramique à 0,22 microns de randonnée Katadyn achetée  (re-pub non payée…). Puis je la transvase dans des bouteilles de verre stérilisées au four à 140 °C pendant un quart d’heure. Leur conservation au frais et dans le noir ne pose aucune problème.

Pour info, j’en bois chaque soir et chaque matin, 25 cl de dilution hypotonique (ce terme est de mon invention) à chaque fois. Il faut longuement la garder en bouche… bien la brasser dans la bouche entre les dents, elle contribue à les renforcer ! (voir ici)

 Volumes Eau de mer-Eau pureQuantité de sel pour 1 clMaximum conseillé/jour
Hypertonie1-00,35 g6 cl
Isotonie1-2 à 1-30,11 à 0,087 g20 cl
Hypotonie1-4 à 1-50,07 à 0,058 g30 à 35 cl

Les valeurs de la colonne Maximum conseillé/jour sont sur la base de 2 g/jour. En effet, notre corps a besoin de 2 g de sel par jour alors que les préconisations de l’OMS font état de 5 g maximum par jour pour un adulte… et que notre consommation moyenne en France est de 9 g ! Au final, je constate que je n’éprouve aucun besoin de sel supplémentaire et, de fait, je ne sale jamais les aliments, une fois à table.

A noter que l’eau de mer a un pH alcalin de 8,0 (lire l’article sur l’équilibre acido-basique ici).

S’il n’y avait qu’un seul complément alimentaire, ce serait bien celui-là !

A noter que je l’intègre parfois dans mes jus de fruits et légumes, non sans plaisir, double avantage, au goût, et une conservation améliorée même s’il ne faut pas dépasser 24 h. Jus et eau de Quinton se complètent à merveille !

Lire cet article fort intéressant d’Alexandre Imbert : ici, traitant des cartilages des vertèbres, sur le site Alternative Santé.

Un article sur les bienfaits des bains de mer ici (au format PDF), par Isabelle Petiot de Bio Info.

Enfin, voici un papier que j’ai rédigé sur ce sujet, ici au format PDF. J’y ai en particulier recensé les apports en minéraux et oligo-éléments, comparés aux apports journaliers recommandés.