Four électrique basse température

Depuis que je fais mon pain au levain maison (voir ici), j’ai rapidement été confronté au problème d’avoir un endroit à la bonne température pour que la pousse puisse se faire de façon optimale, c’est-à-dire vers 26 °C, et cela n’est pas si évident, surtout pendant 5 à 6 h !…

Et les fours à basse température  ne courent pas les rues, ils restent à usage professionnel et sont donc très chers.

J’ai donc imaginé et mis en oeuvre deux systèmes de chauffage.

Chauffage d’aquarium

Le premier, un peu rudimentaire, était basé sur un tube de chauffage thermo-régulé pour aquarium, facile à mettre en oeuvre et peu dispendieux (de l’ordre de 25 € le premier modèle 25 W). Ce tube était enroulé dans de l’aluminium épais d’une barquette de congélation, cela marchait pas si mal…

 

Chauffage par résistances 220 V et module de régulation

Dans le second système, j’ai mis en oeuvre 8 résistances électriques fixées sur une épaisse plaque d’aluminium, posée dans le lèche-frites, et dont l’alimentation est contrôlée par le relais d’un petit module électronique W1209 auquel est reliée une sonde de température. Le plus délicat dans cette affaire est de déterminer la puissance à mettre en oeuvre ! J’ai procédé de façon empirique et par étapes…

Platine chauffante

Voici la plaque chauffante équipée. Elle fait 8 mm d’épaisseur, 30×40 cm. En fait, ce sont 2 plaques de 4 mm assemblées par les vis de fixation des résistances.

J’ai utilisé 8 résistances de 20 W 220 V, de marque Farnell (chercher dans la rubrique « Panneaux chauffants PTC »). À refaire, j’aurais pris des 10 W. Du coup, je les ai câblées en 2 branches parallèles de 4 en série, comme on peut le détailler sur la photo ci-dessus. La puissance réelle mesurée d’un tel montage, est de 65 W au départ, puis elle se stabilise à un peu plus de 50 W une fois la plaque chaude. Le fil de cuivre en bas au milieu à droite, est un fil de raccordement à la terre. Il fallait que ces 2 câbles puissent passer la porte du four, ce qui n’aurait pas été possible avec un câble classique à 3 conducteurs.

Une seule voire 2 résistances, plus puissantes, feraient bien sûr l’affaire, mais je voulais obtenir un chauffage bien réparti sur ma plaque. Celle-ci est simplement posée (j’ai disposé 4 pieds) dans le lèche-frites en bas du four.

Quant au module de contrôle W1209, je l’ai trouvé sur eBay, pour 5 € livré. Il est très complet, c’est certainement imbattable ! On peut trouver le PDF de sa notice ici. Voir ici une vidéo qui explique comment le mettre en oeuvre.

On l’alimente en 12 V continus, et les contacts du relais (K0 – K1) servent à ouvrir et fermer le circuit de la plaque chauffante.

À noter que ce module peut aussi piloter un dispositif refroidissant (frigo 220 V à compresseur, ou module Peltier 12 V).

Novembre 2018 : je n’utilise plus mon four pour la fermentation, mais une grosse boîte en bois de 55 cm de côté, bien isolée. Car le four a besoin de temps pour monter à 300 °C… Puis, en mars 2020, j’ai entrepris de modifier une cave à vin, qui fait du chaud et/ou du froid et qui me donne toutes satisfactions ! Voir ici.

La plaque chauffante de ma « cave à vin », avec ses trois résistances de 30 W 220 V, actuellement câblées en série, ce qui délivre une puissance de 10 W.

 

Retour sur les chambres de fermentation ici.