La gymnaste nonagénaire Johanna Quaas

Article publié le 9 juin 2017 dans Ouest-France.

Cette femme est remarquable. Une exception serions-nous tentés de penser. Et pourtant… je suis convaincu pour ma part que ce devrait être le lot commun, de rester souple, avec une ossature solide, une musculature bien développée, un sens de l’équilibre, un sens de l’effort aussi. Un mental d’acier dit le journaliste. Je pense plutôt à une confiance en soi ! Nourrie par une alimentation certainement « performante », à la hauteur, saine, variée, riche en tout ce dont l’organisme a besoin, et il en faut des vitamines, des minéraux et oligo-éléments, chaque jour ! Mais personne ne se pose cette question.

Voir la vidéo de sa prestation ici.

Ce cas nous montre la voie : il nous appartient d’entretenir notre organisme, de nous mouvoir avec de la gymnastique, du trampoline, de la marche, de l’exercice physique, de la petite course à pied, sans recherche de performances, ceci est important. La vidéo montre une prestation finalement courte et simple, sans recherche de performance. Mais extra-ordinaire bien entendu compte-tenu de son âge. Et du contexte dans lequel nous vivons, qui fait que, collectivement, nous associons vieillesse avec souffrance et déchéance. Et c’est là l’erreur.

Rappel : la recherche de performances engendre une importante acidité qui affecte les articulations, les ligaments et oblige à des étirements. Donc, de l’élimination naturelle des déchets via l’activation du réseau lymphatique, on passe à l’acidose…

Sans prétendre imiter cette dame, je pratique 10 mn de gymnastique chaque matin, tous les matins. Voir ici.

Une réflexion sur « La gymnaste nonagénaire Johanna Quaas »

Les commentaires sont fermés.